La période médiévale est très représentée dans le centre historique actuel. Thouars a la chance de conserver parfois un habitat, des édifices religieux de qualité, construits entre le XIe et la fin du XVe siècle. Les édifices défensifs sont encore très présents. Les fortifications apparaissent régulièrement, au détour d'une rue, d'une place. Evidemment, la muraille de Thouars, bâtie essentiellement entre le XIIe siècle et le XIIIe siècle pendant la période Plantagenêt, n'est plus complète. Celle-ci, composée de 40 tours au Moyen-Age en conserve 28 à notre époque.
Pont levis de la tour
Les anciennes portes de la ville ont presque toutes survécu. Après avoir évoqué le pont des
chouans, évoquons la porte principale au nord.
La Tour Porte au Prévost était l'entrée principale de la ville au nord et en cas de conflit, sa
meilleure défense. En effet, celle-ci se situait sur la partie la plus vulnérable de Thouars, sans relief
et donc, facile à attaquer.
D'après Jean Mesqui, historien de l'art, cette tour aurait été construite en deux étapes, "de deux éléments accolés l'un à l'autre une tour-porte rectangulaire du XIIe siècle, puis au XIIIe siècle, une tour-porte à deux tourelles circulaires dont le talus de base (que l'on voit dans le fossé) est de type angevin, donc d'inspiration anglaise ". Les fondations sont composées de trois formes carrées. Deux d'entre elles, par un procédé de triangulation, se transforment en tours circulaires : ceci est visible au pied de la tour sud, dans le petit jardin médiéval.
Le passage sous la tour est voûté en arc brisé et présente tous les dispositifs essentiels en cas d'attaque. La voûte est percée de deux passages de herses et de trois assommoirs.
Les tours sont défendues par des archères ; la partie haute était aménagée, côté ville de hourds (galerie en bois présentant des ouvertures au sol pour lancer des projectiles au pied des murs).
Au XVe siècle, la tour est surmontée d'une haute toiture d'ardoise et agrémentée de mâchicoulis : même système que les hourds mais construit en pierres.
Tour Porte au Prévost, carte postale,
vers 1900
On ne peut parler de la Porte au Prévost sans parler de Du Guesclin. Le 30 novembre 1372, a l'expiration d'une trêve entre les belligérants, le vicomte de Thouars, Amaury de Craon, et ses
alliés, partisans des anglais, sont contraints d'ouvrir la porte aux armées du connétable Bertrand Du Guesclin et aux armées du roi de France. Désormais la vicomté de Thouars entre dans la mouvance royale.

A partir du XVIIe siècle, la tour n'est plus utilisée en tant qu'élément défensif. Elle tombe peu à peu en ruine, même si elle est louée à des artisans du quartier au début du XIXe siècle.
Sa toiture, menaçant les habitations voisines et les passants, est déposée à la fin du XIXe siècle. La tour se dégrade alors très rapidement. Elle est mise hors d'eau par la construction d'une terrasse en béton au début des années 1960. En 1994, elle est aménagée pour la visite et la terrasse devient un point de vue exceptionnel sur la ville. La voûte de l'escalier a aujourd'hui besoin de travaux de mise en sécurité pour assurer le maintien des visites, arrêtées en 2001. Les abords de l'édifice font, depuis quelques années, l'objet d'aménagements mettant en valeur son architecture : éclairage, jardin médiéval…

Tour Porte au Prévot aujourd'hui
© Service Ville d'art et d'histoire, Ville de Thouars
Si vous souhaitez utiliser ce document
dans un cadre public ou professionnel,
merci de nous contacter pour obtenir
une autorisation.

Service Ville d'art et d'histoire
Hôtel de Ville - BP 183
79103 Thouars
Tél : 05.49.68.16.25
fax : 05.49.68.16.09
service.patrimoine@ville-thouars.fr
> Tous les "Hist'thouars"